Mitakon Speedmaster 50mm f/0.95 Dark Knight

Mitakon Speedmaster 50mm f/0.95 Dark Knight

Mais qu’est-ce c’est que cette marque ?

Je ne connaissais pas du tout cette marque chinoise, je l’ai découverte grâce à ce Mitakon Speedmaster 50mm f/0.95 (version Dark Knight). Je pense que son avenir s’annonce radieux, surtout si elle continue de nous fournir des objectifs au rapport qualité prix aussi exceptionnels. À l’image du coréen Samyang, Mitakon se donne les moyens de concurrencer les plus grands. Le choix de ne pas mettre d’électronique dans leurs objectifs leur garantit une durée de vie satisfaisante.

f/0.95, mais pour quoi faire ?

Mitakon démocratise cette ouverture exceptionnelle, il me semble que pour l’instant seuls Canon, SLR Magic et Leica avec son Noctilus possèdent chacun un 50mm à cette ouverture. Mais le prix du Mitakon défie toute concurrence à 750€ contre 10000$ pour le Leica…

Cette ouverture vous permet d’isoler totalement votre sujet grâce un une mise au point sur un plan aussi fin qu’une feuille (j’exagère, mais c’est la sensation qu’on a quand on fait la mise au point, manuelle bien sûr!). Le Mitakon vous permet de faire de beaux Bokeh (voir ma galerie Flickr qui s’agrandira avec le temps).

J’aime beaucoup le Bokeh de ce Mitakon, en comparaison avec le Voigtlander 50mm 1.1 qui était vraiment trop agressif, celui-ci est crémeux pour ce que j’ai pu en voir.

Leica noctilus pour les pauvres ?

En effet, je suis un pauvre… je ne pense réellement pas que le Leica puisse justifier les quelque 9250€ de différence entre son Noctilus et ce Mitakon… Malheureusement, je n’ai pas encore gagné au loto donc je n’ai pas testé ce Noctilus, mais Steve Huff le dit lui même sur son site la différence de rendu des 2 objectifs ne justifie pas un écart aussi important de prix.
Il y a des gens qui aiment les Rolex, mais porte des Tissot, les deux donnent l’heure, mais ne représentent pas la même chose…

Comparaison avec le Voigtlander Nokton 50 1,5

Une balance des blancs capricieuse, en effet le Sony a7r a du mal dans certaines conditions (lumière intérieure) à régler la balance des blancs quand celle-ci est en automatique. Des fois sous les mêmes conditions, il va s’en sortir, tout dépend de comment la source lumineuse se situe par rapport à l’objectif. Sous des conditions de lumière classique, le rendu des couleurs est identique, je n’ai pas trouvé de différences entre le Nokton et le Mitakon.

À pleine ouverture, le piqué est juste exceptionnel quand on sait que ce genre d’objectif peut paraitre un peu mou à ces ouvertures. Ici, il fait aussi bien le travail que le Voigtlander Nokton 50mm à 1.5 ! Bien sûr ce n’est qu’un ressenti par rapport aux rendus des photos, je ne ferai pas de test crop 100% ou autre pour en juger.

La qualité de fabrication n’est pas la même entre les 2, elle reste à l’avantage du Voigtlander qui est un bijou en la matière. La version chrome est vraiment plaisante. Mais le Mitakon n’a pas à rougir, il reste bien fini, la bague de réglage de l’ouverture est dure, mais régulière. La bague de mise au point est un peu moins dure que celle de l’ouverture, mais reste bien ferme quand même. Les deux objectifs sont en métal, ici pas de plastique… et c’est tant mieux, ça laisse présager quelques dizaines d’années de plaisir. Les inscriptions sur l’objectif ne sont pas de très bonne qualité, la police bave un peu, elles risquent de s’effacer, le temps nous le dira.

Un autre avantage au Voigtlander, il possède un pare-soleil de base qui est très bien intégré à la manière de celui qu’on trouve sur le petit Zeiss 35mm 2.8 FE. Le Mitakon n’en possède pas tout simplement, il faudra en acheter (de diamètre 67mm). D’ailleurs, le Mitakon est sujet au flare et quand on voit la taille de l’optique on comprend bien pourquoi.

Faut-il craquer ?

Tout dépend de ce que vous prévoyez de faire avec une focale fixe comme celle-là. Son poids ne se fait pas oublier 800gr sur la balance tout de même ça fait lourd pour faire de la photo en voyage. En revanche, sortir cet objectif c’est avoir envie de faire de belles photos, prendre le temps de composer et là il possède tous les atouts pour en faire une nouvelle référence de “Dream Lens”.

Un objectif 50mm à cette ouverture (0.95) d’une telle qualité pour un prix aussi contenu est une optique à posséder, dépourvue d’électronique elle vous accompagnera durant des années.